Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

La répartition de la valeur ajoutée dans les exportations chinoises

Julien Fontaine

Cette analyse "The Drivers, Implications and Outlook for China’s Shrinking Current Account Surplus" du FMI est basée sur les données de juillet 2019.


Les importations chinoises de matières premières et de produits de base ont augmenté, mais l'excédent dans le secteur manufacturier reste solide. La tendance de la balance des biens manufacturés est plus volatile, affectée par les variations des prix des produits de base, la politique gouvernementale et les mesures de relance (en particulier par le biais d'investissements dans les infrastructures) et les perspectives de croissance chinoise et mondiale plus larges (ante-Covid).

Sources: China Customs; Haver Analytics; and IMF staff calculations.

Alors que la Chine a augmenté les importations de matières premières telles que le pétrole et le minerai de fer pour nourrir son économie nationale, son excédent dans le secteur manufacturier, bien que considérable, a plafonné, les dividendes de l'adhésion à l'OMC en 2001 ayant diminué, la Chine occupe déjà une position dominante dans de nombreux marchés.

Après une appréciation significative pendant une grande partie de cette période, le taux de change effectif réel (TCER*) s'est stabilisé depuis 2016, bien que la relation entre le TCER et la balance des biens soit difficile à établir, d'autres facteurs tels que la demande intérieure et extérieure jouant un rôle plus dominant.

L’importance du commerce de transformation (voir #infographies ci-dessous), l’ajustement des coûts des exportateurs et des marges bénéficiaires pour compenser l’impact des variations du TCER en diminuent encore l’effet.

La mise à niveau technologique en Chine et une petite part des importations de consommation ont maintenu la croissance des importations en deçà de la croissance globale.

La part de la Chine dans la demande finale (en pourcentage de la valeur ajoutée totale) a augmenté grâce à une combinaison de capacités nationales accrues dans le secteur manufacturier, en particulier dans les secteurs de haute technologie, et d'une plus grande substitution des importations.

Outre son impact sur la demande finale, l'avancée technologique de la Chine a également entraîné une baisse de la part des réexportations, les entreprises chinoises étant de plus en plus en mesure de remonter la chaîne de valeur et de remplacer les biens intermédiaires importés.

Alors que le rééquilibrage en cours et la demande accrue de biens de consommation plus chers de la part des classes moyennes en croissance du pays devraient accroître la demande d’importations de consommation, la consommation des ménages reste une petite partie du panier global des importations (graphique 2, partie inférieure).

La suite de cet article est réservée aux abonnés payants

Souscrivez un abonnement mensuel sans engagement de durée (ou annuel) pour consulter l'intégralité du site.

Je m'abonne Vous avez déjà un compte? Sign in
Votre lien à expiré
Votre compte est activé! Vérifiez votre email (et peut-être vos spams) pour vous connecter.