Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

L'augmentation annoncée du coût du transport des colis chinois entrants en Europe

Julien Fontaine

Jean Mermoz. Pas l'auteur, la photo. Il confiait à son ami Kessel: «Je ne voudrais mourir qu'en avion».

Les postes de l'UE sont en pleine révision de la règle des frais terminaux de l'Union Postale Universelle grâce à laquelle les postes occidentales subventionnent une partie majoritaire du coût du transport des colis de moins de 2kg, infligeant des pertes "confidentielles" à la poste belge selon les propres mots de Petra De Sutter, vice-première ministre du pays.

La récente actualité nous avait déjà donné l'occasion de comprendre les enjeux sous-jacents à cet obscur accord grâce auquel les colis expédiés de Chine sont moins chers que le même colis sur votre marché intérieur.

Des premières informations sont apparues aux public à travers l'écho médiatique outre-atlantique causé par un schisme politique dont seul Trump a le secret, quand il menacé de se retirer de ces accords internationaux à l'automne 2019. Le Washington Post même, la voix d'Amazon (acquis en 2013 par Jeff Bezos, l'ennemi de Trump) qualifiait l'impact de "ce déséquilibre des tarifs postaux internationaux pour l’USPS" de "désastreux", l'opérateur postal américain perdant "environ un dollar sur chaque ePacket en provenance de Chine" en septembre 2014.

Suite à la renégociation de cette règle lors de la conférence extra-ordinaire de l'UPU à Genève en octobre 2019, les Etats-Unis peuvent désormais auto-déclarer leurs frais terminaux depuis le 1er juillet dernier. Une augmentation de 70% était attendue, mais à ce jour, personne n'a encore relayé outre-atlantique une augmentation constatée de prix sur les colis China Post/ePacket.

Néanmoins, ContextLogic, la maison mère de Wish, la marketplace de produits chinois à quelques euros (enregistrée au Delaware, dont Joe Biden à été le sénateur de 1973 à 2009) a publié cet automne ses dépôts à la SEC avant son entrée en bourse menée par Goldman Sachs en décembre. La société écrit:

Historiquement, nos marchands en Chine ont bénéficié de coûts d'expédition inférieurs grâce au Traité de l'Union postale universelle. Certains changements attendus des tarifs postaux de l'UPU qui sont entrés en vigueur en juillet 2020 sont susceptibles d'augmenter les tarifs d'expédition que nos marchands encourent pour expédier des produits depuis la Chine" - Wish

Cette aberration économique devait, tôt ou tard, disparaître. Tous les géants de la vente qui en ont bénéficié organisent depuis longtemps des entrepôts à l'intérieur des zones douanières pour pouvoir continuer à livrer les clients dans de meilleurs conditions (#TFZ). Wish aussi. Malgré ceci, ContextLogic écrit: "En cas d'augmentation des frais d'expédition, le prix de vente des produits sur notre plate-forme pourrait augmenter, ce qui pourrait réduire le volume des transactions et par conséquent avoir un impact négatif sur nos résultats d'exploitation."

En octobre 2018, en pleine intensification du différend commercial avec la Chine, l'administration Trump avait annoncé son intention de se retirer de l'UPU. Qu'allait faire l'UE ?

Depuis le 1er janvier 2020, c'est à l'UE d'appliquer ses tarifs, et le débat public en Belgique vient de nous éclairer sur ce que les gouvernants viennent de décider pour leurs administrés. Il sera utile de comprendre qui sont les gagnants et les perdants que cet arbitrage désigne. C'est le sens de l'enquête que je mène sur la relation entre la géopolitique et la vente en ligne.

En janvier 2019, le sénat belge nous apprenait qu'un groupe d’experts, dits de la 'Commission 2' (selon les comités de comitologie) examinait les effets de distorsion du marché des frais terminaux (via un questionnaire aux 192 membres) "pour proposer des solutions éventuelles" à l'UPU.

A se demander s'ils avaient lu le rapport de Copenhagen Economics, une société de conseil bien connue de Bruxelles, qui estimait en 2016 dans une étude demandée par la Postal Regulatory Commission (l'ARCEP américaine) sur les pertes de USPS liées à ces accords, l'ampleur des transferts financiers entre opérateurs postaux nationaux créés par le système de frais terminaux de l'UPU à 950 millions de droits de tirage spéciaux (DTS), soit environ 1,4 milliard USD. Le US Government Accountability Office, la Cour des comptes américaine, confirmait l'ampleur de l'aberration économique dans son rapport d'octobre 2017, ce dont aucune Cour des comptes européenne n'a jamais parlé.

La suite de cet article est réservée aux abonnés payants

Souscrivez un abonnement mensuel sans engagement de durée (ou annuel) pour consulter l'intégralité du site.

Je m'abonne Vous avez déjà un compte? Sign in
Votre lien à expiré
Votre compte est activé! Vérifiez votre email (et peut-être vos spams) pour vous connecter.