Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

Comment une start-up de location de logements a trompé Airbnb

Julien Fontaine

Domio fait partie de ces startups de location à court terme qui se cachent derrière le mastodonte Airbnb. Une enquête de The Information d'août dernier montre que Domio a délibérément outrepassé les lois locales sur la location en utilisant des identités en ligne trompeuses et d'autres pratiques commerciales douteuses.


Il y a trois ans, une frénésie de shopping immobilier inhabituelle entre collègues a débuté à Nashville, au Tennessee.

Jay Roberts, CEO et co-fondateur d'une start-up appelée Domio, a acheté un appartement nouvellement construit dans le quartier de North Nashville. Quelques jours plus tard, Adrian Lam, 24 ans, directeur de la stratégie et co-fondateur de Domio, a acheté la maison directement de l'autre côté de la rue. En un mois, Domio, une entreprise qui a converti des appartements et des maisons à travers le pays en logements pour touristes, a répertorié les deux propriétés à louer sur Airbnb.

Au cours de l'année suivante, trois autres employés de Domio ont également acheté des maisons à Nashville, et Domio les a également mises en location sur Airbnb.

Cependant, il y avait un problème: les cinq employés de Domio ont déclaré dans les demandes de permis de location auprès de la ville de Nashville que les propriétés étaient leurs résidences principales (l'une des conditions nécessaires pour les répertorier légalement sur Airbnb) mais tous vivaient et travaillaient dans la région de New York.

Finalement, la ville de Nashville a constaté qu'ils enfreignaient tous les lois locales et a ordonné aux employés de cesser de louer les maisons sur Airbnb. Les arrangements ont également soulevé des sourcils chez certains dirigeants de Domio qui s'inquiétaient de la possibilité de conflits d'intérêts liés à la location de biens immobiliers par des cadres exécutifs via leur employeur.


AirBnB, une industrie à part entière

La montée fulgurante d'Airbnb au cours de la dernière décennie a engendré une industrie composée d'entreprises cherchant à transformer des logements privées en hôtels à grande échelle, des investisseurs immobiliers en herbe aux startups financées par du capital-risque. Domio, Lyric et Sonder, faisant partie de cette dernière catégorie.

La suite de cet article est réservée aux abonnés payants

Souscrivez un abonnement mensuel sans engagement de durée (ou annuel) pour consulter l'intégralité du site.

Je m'abonne Vous avez déjà un compte? Sign in
Votre lien à expiré
Votre compte est activé! Vérifiez votre email (et peut-être vos spams) pour vous connecter.