Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

Le marché des paiements crossborders par McKinsey (Ante-Covid)

Julien Fontaine , 4 minutes de lecture

J'ai volontairement gardé US billion et US trillion pour éviter les confusions. Pour en savoir plus sur l'échelle longue et l'échelle courte et l'incompatibilité des deux systèmes des noms de grands nombres, qui sont l’un et l’autre utilisés dans une grande partie du monde actuel: Wikipedia.

Selon le McKinsey Global Payments Map 2019, les revenus des paiements transfrontaliers mondiaux estimés en 2018 étaient de $231 billion, soit une augmentation de 4% par rapport à 2017. Le flux global de paiements était de $136 trillions et la marge moyenne de 0,2%. Les flux commerciaux en pourcentage du PIB mondial sont restés stables sur cette période.

Les revenus ont été révisés à la hausse d'environ $15 billion par rapport à 2018, intégrant diverses améliorations, notamment des mises à jour des marges pour les flux intra-Union européenne et des flux et des revenus C2B et B2C révisés en fonction de nouvelles informations que McKinsey a collecté.

La croissance a été principalement tirée par le volume, les marges restant sous la pression d'une concurrence féroce, de l'émergence de nouvelles solutions et de la désintermédiation des acteurs de l'écosystème.

WorldLink by Citigroup, qui étend sa couverture, permet aux clients d'effectuer des paiements via un guichet unique sans avoir à gérer des comptes en devise locale. Avec la solution de transfert d'argent en ligne TransferWise basée sur le matching peer-to-peer, ce sont des exemples de solutions qui sont en concurrence avec les acteurs bancaires traditionnels.

Le commerce interentreprises (B2B) et les paiements non commerciaux, la plus grande part des paiements transfrontaliers en volume et en chiffre d'affaires, ont également augmenté de 4%. Les revenus transfrontaliers B2B devraient croître à un TCAC de 3% au cours des cinq prochaines années.

Près de la moitié de la croissance en 2018 provient des paiements transfrontaliers de consommateur à entreprise (C2B) et d'entreprise à consommateur (B2C), bien que ces paiements ne représentent qu'environ 25% du chiffre d'affaires, en valeur absolue.

En 2018, les revenus transfrontaliers estimés du C2B et du B2C étaient respectivement de 37 millions de dollars et 18 millions de dollars. Les taux de croissance élevés rendent ces segments très attractifs pour les nouveaux entrants. Par exemple, Hyperwallet est une plateforme de paiement ciblant les paiements transfrontaliers B2C qui répond au besoin de paiements de masse mondiaux sur une variété de moyens de paiement, y compris les wallets, les cartes et les transferts bancaires.

Cependant, le segment à la croissance la plus rapide des revenus des paiements transfrontaliers est le C2B, alimenté par le commerce électronique transfrontalier, dont McKinsey prévoyait une croissance de 7% TCAC de 2018 à 2023 (prévisions avant #Covid-19). Ceci est en partie dû au ecommerce crossborder qui est le sous-segment à la croissance la plus rapide des paiements transfrontaliers.

La croissance annuelle moyenne prévue des revenus des paiements au cours des cinq prochaines années est de 6%, les revenus totaux augmentant de $715 billions et dépassant $2,7 trillions d'ici 2023.

Ce taux de croissance est légèrement supérieur au taux de croissance attendu du PIB mondial de 5%, sous l'effet d'une combinaison de facteurs.

Le premier est une forte croissance des revenus des comptes de liquidité(*) à 7% de TCAC. McKinsey s'attend à ce qu'environ 45% de la croissance des revenus provienne des revenus des comptes de liquidité (au lieu de 40% au cours des 5 dernières années).

Cela s'explique principalement par l'augmentation des volumes dans des pays comme la Chine et l'Inde, qui détiennent ensemble environ un tiers des soldes mondiaux et où la croissance du PIB devrait être supérieure à la moyenne mondiale. Une croissance supplémentaire était également attendue grâce à une certaine reprise des marges en Europe. Notamment, 95% de la croissance des revenus de liquidité provient de soldes plus élevés, une source plus prévisible que les variations de marge compte tenu de la volatilité des taux d'intérêt.

Le deuxième facteur de croissance des revenus des paiements est l'augmentation des transactions de paiements électroniques, en particulier dans les pays émergents.

Les transactions de paiement électronique ont augmenté à un rythme effarant de 22% dans les pays émergents au cours des cinq dernières années. Bien que ce taux de croissance ne soit pas viable à long terme, il devrait rester assez élevé à un TCAC de 14% au cours des cinq prochaines années, bien au-dessus de la croissance du PIB. La croissance sera alimentée par le passage continu des espèces et l'adoption accrue de solutions de paiement numérique.

Les cartes de crédit à elles seules ajouteront $160 billion de revenus supplémentaires (23% de la croissance mondiale) au cours des cinq prochaines années, car le plus grand marché des cartes de crédit (les États-Unis) continuera de générer une croissance stable tandis que les marchés émergents contribueront à une pénétration et à une utilisation accrues. .

Dans ses prévisions ante-Covid, McKinsey ne prévoyait pas de changement significatif des frais moyens par transaction pour les paiements nationaux. Les paiements transfrontaliers devraient subir une certaine érosion des marges, en raison de la concurrence croissante des entreprises de technologie financière.

Cependant, étant donné les marges déjà faibles en Europe (après l'imposition récente de limites de commission d'interchange), ces nouveaux challengers sont moins susceptibles d'avoir un impact sur les prix. Dans l'APAC également, les frais d'A2A et de carte de crédit par transaction sont déjà comparables à ceux des pays développés et ne devraient pas subir de changements majeurs.

Il y aura, bien entendu, d'autres différences par région et par segment. Par segment de clientèle, les paiements du retail devraient alimenter la croissance dans les Amériques, tandis que les paiements commerciaux devraient prédominer dans la région EMEA et APAC, étendant le mix de revenus actuel dans les régions.
Bien que près des 3/4 de la croissance de la région APAC proviendront de la Chine, les taux de croissance en Inde et en Indonésie (9% TCAC pour chacun) devraient dépasser le taux de croissance chinois de 7%.

Source: McKinsey Global Payments Map 2019 | McKinsey & Company

(*) La liquidité est la capacité d'une entreprise à convertir ses actifs en espèces afin de payer ses passifs à leur échéance.

Partager Linkedin/ Twitter/ Facebook/ Copier le lien
Vous venez de vous abonner à la newsletter OpenString
Bonjour. Vous vous êtes connecté avec succés.
Vous vous êtes connecté avec succés.
Votre lien à expirer
Votre compte est activé, vous avez maintenant accès à l'intégralité du contenu.