Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

Une marketplace d'équipement de protection de la personne veut devenir le Walmart de l'EPI

Julien Fontaine

La demande d'équipements de protection individuelle (EPI) mettant à rude épreuve les chaînes d'approvisionnement, Project N95, une organisation américaine à but non lucratif, a lancé une place de marché B2B pour connecter les hôpitaux et les travailleurs en première ligne aux fournisseurs d'EPI.

Au début de la pandémie de Covid-19, un étudiant de premier cycle de 19 ans, Jack Yuan, a lancé une chaîne d'approvisionnement mondiale d'EPI. Aujourd'hui, son entreprise, Tianchi Med, fournit des équipements de protection individuelle "de haute qualité et à faible coût aux hôpitaux américains et canadiens et à Home Depot." Entre mars et novembre, elle a vendu et expédié plus de 2 millions d'unités d'EPI, selon la société.

A savoir : les masques de protection N95 sont des équivalents du masque FFP2. Le masque N95 correspond à la norme utilisée dans la zone américaine et le masque KN95 réponds lui à la norme en vigueur en Chine et en Corée du Sud.

La marketplace de Project N95 est l'endroit où les acheteurs peuvent être sûrs qu'ils achètent auprès de vendeurs qualifiés ayant fait leurs preuves dans la livraison d'EPI», Anne Miller, directrice générale Project N95.
Nous essayons d'être le Walmart des EPI, un guichet unique où n'importe qui peut se rendre et trouver ce dont il a besoin. Notre objectif est de répondre à ceux qui en ont besoin où qu'ils se trouvent dans le Monde», dit Yuan.

Jack Yuan, un développeur étudiant de 19 ans à l'Université de Stanford, en savait très peu sur les équipements de protection individuelle au début de l'année dernière. Mais il était en Chine lorsque le coronavirus a frappé pour la première fois.

Dans les premiers jours de la pandémie, Yuan a calculé que le besoin d'EPI augmenterait considérablement après avoir analysé les données sur le nombre de vols internationaux quotidiens aux États-Unis, le taux d'utilisation des transports publics, les statistiques de transmission du COVID-19 et le nombre de travailleurs de la santé à travers le monde. Il a commencé à élaborer un business plan et est retourné au pays.

À son retour aux États-Unis, il s'est senti obligé de passer à l'action: il est retourné en Chine pour enquêter sur les usines de masques  Arrivant sur le sol chinois sans aucune connaissance de cette industrie, Yuan a dû se familiariser rapidement avec les différentes normes de masques dans le monde. En outre, la capacité de production annuelle d'EPI de la Chine avait plus que quadruplé en l'espace de quelques mois, ce qui a entraîné des problèmes de qualité et des fraudes. Pour ajouter de l'incertitude, les gouvernements du monde entier ont en plus introduit de nouveaux règlements sur les EPI tous les jours.

«J'essayais de tout apprendre tout en constituant une équipe pour aider à résoudre tous les problèmes juridiques, logistiques, commerciaux et de contrôle qualité que je rencontrais», explique Yuan. «Je devais m'assurer que nos usines étaient honnêtes et de haute qualité, que nos clients ne se retiraient pas à la dernière minute, les compagnies de fret livraient dans les délais, que ni les douanes chinoises ni américaines ne bloquaient nos stocks et que notre flux de trésorerie était sain, tout en faisant également face aux réglementations douanières et à la politique en constante évolution dans les deux pays

La suite de cet article est réservée aux abonnés payants

Souscrivez un abonnement mensuel sans engagement de durée (ou annuel) pour consulter l'intégralité du site.

Je m'abonne Vous avez déjà un compte? Sign in
Votre lien à expiré
Votre compte est activé! Vérifiez votre email (et peut-être vos spams) pour vous connecter.