Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

La liaison ferroviaire China-Europe Express fête ses dix ans

Julien Fontaine

Le 19 mars 2021 a marqué une étape importante dans le transport ferroviaire eurasien. Il y a dix ans, le 19 mars 2011, la première liaison ferroviaire China-Europe Express entamait une nouvelle ère pour le fret de marchandises.

Ce premier train rempli de produits Hewlett Packard quittait Chongqing dans le sud-est de la Chine, avec pour destination finale Duisburg en Allemagne. En route vers l'Europe, il a traversé le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie et enfin la Pologne.

De nombreuses entreprises avaient déjà expérimenté des services directs de Chine vers l'Europe avant 2011. Par exemple, en 2008, Foxconn a expédié son premier train reliant Shenzhen à l'Europe et en 2009, DB Schenker a commencé à exploiter un itinéraire hebdomadaire entre Shanghai et Duisburg.

Hewlett Packard a été la première à utiliser la connexion de Chongqing à l'Europe facilitée par la formation de l'Union économique eurasienne entre le Kazakhstan, la Russie et la Biélorussie et le gouvernement chinois qui a vu l’occasion d’acquérir un rôle central dans le commerce et les chaînes d’approvisionnement vers l'ouest.

Par conséquent, en 2011, après quelques premiers voyages d’essai, un service hebdomadaire régulier a commencé l’année suivante. Plus tard en 2015, le China Railway Express a commencé à prendre une place plus centrale dans le transport eurasien. Au cours de cette année, le gouvernement chinois a lancé le programme «Vision and action to promote the construction of the Silk Road Economic Belt and the Maritime Silk Road in the 21st Century» dont l'intégralité du texte officiel est disponible ici.

L'année suivante, le China-Europe Express a lancé son programme de développement personnalisé sous le nom de «CRE construction and development plan (2016-2020)». Ce plan identifiait les objectifs de développement du service sur une période de cinq ans afin qu'il se transforme progressivement en une composante vitale de la Belt and Road Initiative..

À partir de 17 trains annuels en 2011, le service est monté en flèche à 6.363 trains en 2018. De plus, en 2017, le train a relié 59 villes chinoises à 49 villes européennes de 15 pays différents. Jusqu'en mars 2019, ces chiffres sont devenus encore plus impressionnants puisque le train a effectué environ 14.000 voyages au cours de cette année reliant 60 villes chinoises à 50 villes européennes.

Début 2020, malgré les craintes d'un effondrement total dû à la propagation du coronavirus, le China-Europe Express a réussi à maintenir un nombre élevé en 2020. Avec plus de 12.000 trains, le service a permis aux chaînes d'approvisionnement entre l'Asie et l'Europe de fonctionner de manière transparente, tandis que dans le même temps, le fret aérien et maritime se heurtaient à d'énormes problèmes.

L'itinéraire pavé il y a dix ans a maintenant fédéré les acteurs politiques, faisant passer le jeu logistique et opérationnel au niveau supérieur. Des gigantesques hubs européens comme à Liège et à Amsterdam peuvent accueillir les marchandises venant des pays de transit actuellement en plein essor et de nouvelles options apparaissent. L'Azerbaïdjan, la Géorgie, la Turquie, l'Iran et l'Ouzbékistan offrent maintenant de nouvelles options. En outre, l'Ukraine a été un acteur de premier plan en 2020 puisqu'elle a rejoint avec succès le groupe des points d'entrée alternatifs de l'UE.

Néanmoins, le service de fret ferroviaire a également fait face à certains obstacles, la pénurie de conteneurs étant parmi les plus importantes. Même après la première vague de la pandémie, l’équilibre exportations/importations entre l’Europe et la Chine a été perturbé. Plus précisément, en novembre, la Chine envoyait environ dix trains complets en Europe par semaine. De l'autre côté, les trains vers l'Est ne dépassaient pas le nombre de deux par semaine. En conséquence, la Chine a fini par souffrir d'une grave pénurie de conteneurs, alors que dans le même temps, les ports européens en demandaient plus que jamais, comme de l'autre côté de l'Atlantique où certains importateurs sont contraints de payer plus de cinq fois le prix habituel.

L'une des avancées les plus attendues sur le service China-Europe Express est la levée de l'interdiction du transport de marchandises dangereuses. De nombreux opérateurs de la ligne, comme DB Cargo Eurasia, ont exprimé leurs espoirs d'une telle évolution. Cependant, la Chine elle-même envisage maintenant de réviser ses règles de transport. Un intense lobbying est également en cours dans ce sens. Par exemple, Li Shufu, président de Geely Holding Group et député au Congrès national du peuple chinois, a abordé le sujet lors de deux sessions distinctes du congrès cette année, en faisant pression pour une réforme politique que tout le monde dans l'industrie attendait.

En plus de cela, Jet Young, représentant principal en Chine chez LLC Max Container, a déclaré que l'accord d'investissement Chine-UE était sans aucun doute une bonne nouvelle essentielle pour la prochaine étape de la coopération économique et commerciale Chine-UE. La Chine et l’UE pourront entrer sur le marché plus large de l’autre. L'augmentation du commerce bilatéral Chine-UE apportera sans aucun doute de nouvelles sources de marchandises à la ligne ferroviaire China-EU Express.

Source: RailFreight, mars 2021 | NY Times, mars 2021

Share Linkedin/ Twitter/ Facebook/ copy link
Votre lien à expiré
Votre compte est activé! Vérifiez votre email (et peut-être vos spams) pour vous connecter.