Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

Une plongée dans l'innovation chez Dyson. L'anglaise se concentre sur les batteries.

Julien Fontaine , 7 minutes de lecture

Dyson est un cas rare. Selon Mark Taylor, le chef de la recherche de Dyson, elle est "à la fois une start-up qui invente et une grande entreprise technologique innovante".

Une plongée dans l'innovation chez le fabricant britannique d'aspirateurs, de sèche-mains et de filtres à air qui se concentre désormais sur les batteries à semi-conducteurs et freine ses ambitions de développement de produits autonomes après avoir mis fin à son projet de véhicule électrique en octobre 2019.


Le jour de la mort d'Albert Einstein, un photographe du magazine Time, Ralph Morse, s'est faufilé dans le bureau du physicien à Princeton. Sa célèbre photo montre le bureau de l’un des plus grands esprits de l’histoire dans un désordre total. Alors qu'il était encore en vie, Einstein a même été cité comme disant: «Si un bureau encombré est le signe d'un esprit encombré, alors que devons-nous penser d'un bureau vide?» À bien des égards, ce n’est pas sans fondement.

Et le public aime cette image de génie éclairé, d'un penseur excentrique sautant du bain nu et courant en criant "Eureka!" après avoir eu une révélation.

L'idée d'une source d'inventions ordonnée et industrialisée est plus difficile à imaginer pour la plupart des gens. Cela est dû à la représentation culturelle des machines pendant la révolution industrielle, comme le fil de coton, le moteur de locomotive à vapeur ou la chaîne de fabrication de Henry Ford. Tous ont d'abord été ridiculisés par le public, qui ne les comprenait pas parce ces inventions ressemblaient à des moyens plus complexes de faire des choses qu'une main humaine pouvait déjà faire.

Le meilleur exemple de cette incompréhension publique du rôle que joue l’industrie dans l’invention vient peut-être de la complexité absurde des engins des illustrations de William Heath Robinson. Leurs processus mécaniques inutilement complexes pour produire des résultats relativement simples aussi amusants qu'ils puissent être, n'ont pas dépeint les processus industriels sous un jour positif.

Néanmoins, l'écrasante majorité des progrès technologiques d'aujourd'hui est réalisée au sein de grandes entreprises et institutions qui peuvent se permettre les coûts exorbitants du développement de nouvelles technologies. De plus, l'âge des engins de Heath Robinson est révolu. Les progrès rapides réalisés dans le domaine des technologies de l’information ont complètement changé l’histoire de l’inventeur moderne en le déplaçant hors du laboratoire.

Voici un exemple éloquent: tout aspirant inventeur cherchant sur Internet pour obtenir de l’aide pour concrétiser son idée tombera sur l’un des nombreux kits de démarrage d’inventeurs annoncés par des sociétés comme Innovate Product Design.

Ils comprennent tout ce dont les inventeurs potentiels ont besoin pour se lancer. Mais vous n'y trouverez pas le papier à dessin, l'équipement électronique DIY (Do-It-Yourself) et les clés d'une remise à outils. Au lieu de cela, il y a CAD, les tutoriels de prototypage d'imprimante 3D et les formulaire de demande de brevet de propriété intellectuelle. Des ingrédients qui semblent être en contradiction avec le légendaire «moment de l'idée géniale», remplaçant le noble bricolage par le fait de regarder un écran d'ordinateur.

Mais c'est précisément là le point; l'invention s'est modernisée. Aujourd'hui, en plus des idées fausses, de l'expérimentation et de la chance, vous aurez également besoin de compétences en recherche, en planification et en fabrication.

Pour beaucoup, Sir James Dyson est l'inventeur autodidacte par excellence. Mais il est également un défenseur de toute «invention industrielle» nécessaire pour faire passer une idée au niveau supérieur.

«Parfois, avoir une bonne idée ne suffit pas. Le public se concentre sur les histoires d’inventeurs célèbres, sur les hasards et les luttes. Vous connaissez le syndrome de l'inventeur dans l'atelier ou le garage. Alors que 99,99999% des inventions sont réalisées par des personnes très créatives au sein des entreprises. Mais le public semble aimer l'image de l'inventeur dans l'abri de jardin.» James Dyson.

Le type d'invention industrielle pratiquée chez Dyson montre l'énorme fossé qui se forme entre les grandes entreprises et les start-up qui tentent toutes deux de créer de nouvelles technologies.

Dans l'introduction de son livre Inventology de 2016, Pagan Kennedy écrit «les gens ont tendance à utiliser les mots 'invention' et 'innovation' de manière interchangeable, ce qui sème la confusion». Il fait appel aux propos d'Art Fry, inventeur du Post-it: «Selon Fry, l'invention est ce qui se passe lorsque vous traduisez une pensée en une chose. Plus précisément, Fry souligne qu'une invention consiste généralement à créer un prototype qui vous permet de tester votre concept et de démontrer qu'il fonctionne. Le processus peut exiger le rêve, dessiner les observations, la génération d'idées, la découverte, le bricolage et l'ingénierie. Mais cela devra se terminer par la preuve.

L'innovation, c'est ce qui se passe après. C’est «le fait de surmonter tous les obstacles et problèmes sur la voie de la transformation d’une idée créative en entreprise», selon Fry. En effet, le terme innovation est souvent utilisé comme un mot fourre-tout pour décrire les défis que les entreprises doivent surmonter pour produire en masse un produit - comme la rationalisation, la réduction des coûts, la gestion des chaînes d'approvisionnement et la constitution d'équipes de collaborateurs.»

Mark Taylor est le chef de la recherche de Dyson. Il est en première ligne des efforts de Dyson pour inventer et innover. Le problème est qu'il ne sait pas d'où va vraiment venir la prochaine grande idée.

«Cela peut commencer de différentes manières», explique Mark. «Nous allons soudainement réaliser que nous pouvons étendre une technologie que nous connaissons déjà à un autre domaine. Par exemple, nous n’avons pas commencé par essayer d’inventer nos sèche-mains. Nous avons examiné la technologie pour voir si vous pouviez lisser et repasser les vêtements avec de l'air à haute pression. Cela peut être assez 'Edisonien' de cette façon. Vous commencez sur une voie, puis vous réalisez qu'une autre opportunité peut être plus attrayante

«Mais nous avons également connu des problèmes que nous essayons de résoudre», poursuit-il. «Nous savons que les batteries sont un facteur limitant et que nous voulons absolument développer une nouvelle technologie de batteries. Lorsque nous pouvons identifier un gros problème comme celui-là, nous devons être très décisifs pour approfondir ses recherches. Les problèmes liés aux batteries d'aujourd'hui sont bien connus: elles contiennent une quantité limitée d'énergie stockée, elles sont lourdes, leur densité d'énergie volumétrique et gravimétrique est médiocre par rapport à la façon dont les gens veulent utiliser des produits sans fil. Il y a tout un tas de problèmes - pas nécessairement avec les produits - mais en fait avec la technologie de base

Le résultat de cette recherche plus approfondie de la prochaine grande invention a conduit Mark et son équipe à investir dans des équipes de chercheurs sur les batteries. «Mais», comme l'explique Mark, «cela nous a également amenés sur la voie de l'acquisition de Sakti3, une start-up de batteries à semi-conducteurs».

HyonCheol Kim, VP de Satki3 et son équipe travaillent sur les batteries à semi-conducteurs depuis 2007. Ils ont fait la une des journaux en 2014 après que l'un de leurs prototypes de cellules de batterie au lithium à semi-conducteurs ait atteint une densité d'énergie record de 1143 wattheures par litre, soit plus du double de la densité d'énergie des meilleures batteries lithium-ion à l'époque. Dyson a acquis l'entreprise un an plus tard. C'est toujours la seule société que Dyson ait jamais acquise

HyonCheol explique le processus: «Nous parlions à de nombreuses grandes entreprises. Certains rapprochements n’ont pas fonctionné en raison des différences d’attentes, mais nous en avons rejeté d’autres à cause de leur vision inadaptée. Nous savions que nous relevions un très gros défi et nous voulions travailler avec des personnes qui comprennent le défi du projet avec une vision et une ambition à long terme, comme Dyson», déclare HyonCheol.

Au cours de ce long processus, les deux parties ont vu l’interaction entre la capacité d’une petite entreprise à inventer et à enfreindre les règles et la capacité d’une grande entreprise à faire passer toute idée au niveau supérieur.

Comme le dit HyonCheol: «L'échelle a certainement contribué à améliorer les outils de recherche et à élargir la portée du projet. Nous avons maintenant des installations dans trois fuseaux horaires différents travaillant sur le projet de batteries à semi-conducteurs.» La valeur immédiate vient certainement d'avoir à la fois de l'argent et de l'expérience. L'expérience réussie de Dyson dans le développement du moteur numérique montre une ligne claire quant à la planification de la mise à l'échelle de toute nouvelle technologie potentielle.

«Mais il y a une autre chose importante qui est arrivée, probablement la plus importante. Nous voyons maintenant dis fois plus de candidats hautement qualifiés du monde entier postuler pour chaque embauche que nous publions. C'est un impact direct rendu possible par la reconnaissance mondiale de la marque Dyson.» HyonCheol Kim, VP de Satki3

Cela a aidé à la fois Dyson et Satki3 à pousser jusqu'au bord les possibililés dans la technologie des batteries. Comme l'explique Mark Taylor, «certaines des avancées réalisées par Dyson visent à améliorer le faisable. Par exemple, nous savons qu’il est possible de fabriquer une voiture électrique parce que des gens l’ont déjà fait. Mais si vous prenez des batteries à semi-conducteurs, vous êtes dans l’inconnu; à la fine pointe de la science. Et vous ne savez pas s'il est possible de faire quelque chose avant d'avoir expérimenté et d'y être arrivé. Nous ne savons pas encore qu’il est possible de faire d’autres choses, car personne ne l’a fait.»

À bien des égards, il s'agit d'une situation unique dans le paysage technologique moderne. Comme le dit Mark, «les technologies des nouveaux inventeurs sont constamment acquises par de plus grandes entreprises. Ce que le public observe, c'est la plus grande entreprise qui propose l'innovation. Mais une grande partie de la technologie qui entre dans des produits familiers comme Amazon Alexa a été achetée. Ils ont acquis les éléments de traitement de la parole en langage naturel auprès d'une start-up, puis les ont développés en interne. De même, Siri d’Apple a été racheté à une start-up

«Mais», poursuit-il, «Dyson et James sont un peu uniques parce qu'il a tout gardé en interne pendant si longtemps. Quand l'entreprise s'est développée, elle est passée d'une start-up à une grande entreprise et a gardé le développement technologique en interne. Donc en 25 ans, une entreprise s'est développée autour de notre capacité à développer des technologies de base. Cela signifiait que Dyson pouvait toujours conserver la capacité de faire les deux: inventer et innover. C'est rare d'être à la fois une start-up qui invente et une grande entreprise technologique innovante."

Auteur: Henry Tobias Jones, Dyson, juin 2019.

Partager Linkedin/ Twitter/ Facebook/ Copier le lien
Vous venez de vous abonner à la newsletter OpenString
Bonjour. Vous vous êtes connecté avec succés.
Vous vous êtes connecté avec succés.
Votre lien à expirer
Votre compte est activé, vous avez maintenant accès à l'intégralité du contenu.