Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

Le commerce intra-communautaire de marchandises

Julien Fontaine , 9 minutes de lecture

Cet article examine de près le commerce intra-communautaire de biens et des produits les plus échangés. Il présente des statistiques pour l'UE-27 et pour les États membres individuellement à partir de 2002. Le Royaume-Uni est donc malheureusement exclu des données d'Eurostat.

Les statistiques sur le commerce international de marchandises entre les États membres de l'Union européenne (en particulier la taille et l'évolution des importations et des exportations) permettent à l'UE et aux autorités nationales d'évaluer la croissance du marché unique et l'intégration des économies de l'UE.

L'importance du marché intérieur de l'UE est soulignée par le fait que la proportion des échanges intra-UE de biens est plus élevée que celle des échanges extra-UE de biens dans la plupart des États membres de l'UE, à quelques exceptions près. La variation de la proportion du commerce total de biens expliquée par les échanges intra-UE reflète dans une certaine mesure les liens historiques et la situation géographique.

Évolution du commerce de biens intra-UE

La valeur des exportations mensuelles totales de biens des États membres de l'UE-27 vers les autres États membres est présentée dans l'infographie ci-dessous.

Entre janvier 2002 et janvier 2020, les exportations de biens sont passées de 120,8 milliards d'euros à 256,3 milliards d'euros. La valeur des exportations de biens a fortement diminué de septembre 2008 à mai 2009. Suite à cette baisse, la valeur des exportations de biens a recommencé à augmenter. Entre mars 2011 et mai 2014, puis de nouveau entre juin 2018 et janvier 2020, les exportations sont restées relativement stables.

Depuis l'introduction du système de collecte de données Intrastat pour les échanges intra-UE de biens le 1er janvier 1993, la valeur des exportations intra-UE de biens a été constamment plus élevée que celle des importations intra-UE de biens.

En théorie, étant donné que les exportations de biens intra-UE sont déclarées valeur de type FOB et les importations intra-UE de biens valeur de type CAF, la valeur des importations intra-UE de biens devrait être légèrement supérieure à celle des exportations intra-UE de biens.

L'analyse ne prend en compte que les exportations intra-UE de biens, car il s'agit de la mesure la plus fiable du commerce total intra-UE de biens puisque, à des niveaux agrégés, les exportations totales intra-UE de biens ont une meilleure couverture que le total intra-UE.


Commerce de biens intra-UE par État membre

Il existe une grande variation de la valeur des exportations de biens par État membre vers les partenaires au sein de l'UE (graphique ci-dessous).

En 2019, la valeur du commerce d'exportation de marchandises au sein de l'UE variait de 698,8 milliards d'euros pour l'Allemagne à 1,3 milliard d'euros pour Chypre. Dans neuf États membres, les exportations de biens vers des partenaires de l'UE dépassaient 100 milliards d'euros en 2019, soit 80,8% de la valeur totale des exportations de biens intra-UE.

Dans cinq États membres (Chypre, Lettonie, Lituanie, Bulgarie et Pologne), la valeur des exportations de biens vers les partenaires de l'UE-27 a augmenté de plus de 10% par an entre 2002 et 2019. Dans neuf États membres, la croissance annuelle moyenne a été comprise entre 5% et 10%. Dans les 13 autres États membres, la croissance moyenne était inférieure à 5%.

Dans 21 États membres, les trois principaux partenaires représentent plus de 50% des exportations au sein de l'UE. Pour cinq autres États membres, les trois principaux partenaires réalisent entre 40% et 50% des exportations au sein de l'UE. Ce n'est qu'en Allemagne (38,2%) que cette part est inférieure à 40%. L'Allemagne est apparue le plus souvent (25 fois) parmi les trois meilleurs partenaires. La France est apparue 11 fois parmi les trois meilleurs partenaires et l'Italie 10 fois.


Balance commerciale des échanges de biens intra-UE

En 2019, 10 États membres avaient un excédent commercial. L'excédent était le plus élevé aux Pays-Bas (184,2 milliards d'euros). Il était également supérieur à 10 milliards d'euros en Belgique (29,8 milliards d'euros), en Tchéquie (23,5 milliards d'euros), en Irlande (23,1 milliards d'euros) et en Pologne (19,2 milliards d'euros).

Il y avait 17 États membres avec un déficit commercial. Le déficit était le plus élevé en France (111,9 milliards d'euros). Il était également supérieur à 10 milliards d'euros en Suède (17,9 milliards d'euros), en Autriche (17,3 milliards d'euros), au Portugal (16,9 milliards d'euros), en Roumanie (12,5 milliards d'euros) et en Grèce (10,6 milliards d'euros).

Dans 16 États membres, la balance commerciale se situait entre plus dix milliards d'euros et moins dix milliards d'euros.

En 2002, 18 États membres avaient un déficit commercial. En Italie, en Pologne et en Slovénie, ce chiffre était passé à un excédent en 2019. En 2002, neuf États membres avaient un excédent commercial. Au Danemark et en Finlande, cela s'est transformé en déficit en 2019.

Les Pays-Bas, qui affichaient l'excédent commercial le plus élevé en termes absolus, affichaient également le ratio exportations/importations le plus élevé (180,3) en 2019. La France, qui avait le déficit commercial le plus élevé en valeur absolue, se classait 21ème avec un ratio exportations/importations de 70, supérieur à celui de la Lettonie (68,9), du Luxembourg (65,8), de la Grèce (62,5), de la Croatie (52,5), de Malte (43,2) et de Chypre (25,9) qui avaient tous un déficit en termes absolus plus faible que la France.

Le 2ème onglet examine les relations commerciales des différents États membres avec des partenaires non européens pour ajouter un contexte supplémentaire à l'interprétation des soldes des échanges intra-UE de marchandises. Il montre le ratio «exportations de biens divisé par importations de biens» par État membre pour les échanges avec des partenaires non européens. En 2019, ce ratio était le plus élevé en Irlande (174,3), au Danemark (162) et en Allemagne (155,1) et le plus bas en Grèce (59,2), à Chypre (54,9) et à Malte (41,8). Il était de 119 en France en 2019.

Il y avait neuf États membres (Bulgarie, Grèce, Espagne, Croatie, Chypre, Luxembourg, Malte, Portugal, Roumanie) avec un déficit commercial dans les échanges intra et extra-UE et sept États membres (Belgique, Tchéquie, Hongrie, Pays-Bas, Pologne, Slovénie, Slovaquie) avec un déficit du commerce intra-UE, mais un excédent du commerce extra-UE.

Il y avait huit États membres (Danemark, Estonie, France, Lettonie, Lituanie, Autriche, Finlande, Suède) avec un excédent du commerce intra-UE, mais un déficit du commerce extra-UE. Enfin, trois États membres (Allemagne, Irlande, Italie) affichaient un excédent commercial dans les deux tableaux.


Exportations intra-UE vs. extra-UE

En 2019, 17 États membres avaient un ratio exportations totales / importations totales compris entre 85% et 115%. Huit États membres (Lettonie, Roumanie, Portugal, Luxembourg, Croatie, Grèce, Malte et Chypre) avaient un ratio inférieur à 85%, tandis que deux États membres (Irlande et Allemagne) avaient un ratio supérieur à 115%.

En 2019, la part de la plupart des États membres dans les exportations intra-UE se situait entre 50% et 75%. Il était supérieur à 75% en Hongrie (78%), en Tchéquie (79%), au Luxembourg (80%) et en Slovaquie (80%). Ce n'est qu'en Irlande (37%) et à Chypre (41%) que la part des exportations intra-UE était inférieure à 50% et que les exportations extra-UE étaient supérieures aux exportations intra-UE.

Le ratio moyen non pondéré des exportations intra-UE et des exportations extra-UE a diminué de 25 points de pourcentage (pp) depuis 2002. Les baisses les plus importantes ont été enregistrées en Slovaquie (-315 pp), en Estonie (-116 pp) et en Hongrie (-54 pp). La France baisse de -19 pp. Le ratio a augmenté dans sept États membres. Les augmentations les plus importantes ont été enregistrées à Malte (59 pp), en Roumanie (57 pp) et en Bulgarie (34 pp).


Commerce intra-UE de biens par groupes de produits

L'illustration ci-dessous montre la part des exportations intra-UE de biens par type de produit. Depuis 2002, la part a augmenté pour les produits chimiques (4 pp), l'énergie (2 pp) et les aliments et boissons (1 pp). Elle est resté plus ou moins stable pour les matières premières et les autres biens mais a diminué pour les autres produits manufacturés (3 pp) et les machines et véhicules (5 pp).

En 2019, le commerce international de produits manufacturés était plus de quatre fois supérieur au commerce de produits primaires dans l'UE. Dans tous les États membres, la part des produits manufacturés était plus élevée que celle des produits primaires, bien qu'il y ait des différences considérables entre les États membres.

En Tchéquie (10,3) et en Slovaquie (10,0), la part des produits manufacturés était plus de dix fois plus élevée que celle des produits primaires, tandis que des ratios inférieurs à deux étaient observés en Estonie (1,4), en Lituanie (1,7) et en Lettonie (1,8).


Les sources de données

Les données sur le commerce international de l’UE proviennent de la base de données COMEXT d’Eurostat. Elle donne accès non seulement aux données récentes et historiques des États membres de l'UE, mais également aux statistiques d'un nombre important de pays non membres de l'UE. Les statistiques agrégées et détaillées du commerce international diffusées à partir du site Web d'Eurostat sont établies à partir des données du COMEXT selon un processus mensuel.

Les informations sur les échanges intra-UE sont collectées par les États membres de l'UE à l'aide des différents médias mis à la disposition des fournisseurs d'informations. Il peut s'agir de déclarations papier ou électroniques prévues au niveau national. Les déclarations sont adressées directement aux administrations nationales compétentes.

Les statistiques européennes sur le commerce international de biens sont établies selon les concepts et définitions de l'UE et peuvent donc différer des données nationales publiées par les États membres.

Le contexte

Le marché unique ou intérieur de l'UE est un marché où les biens, les services, les capitaux et les personnes peuvent circuler librement. Le principe de la libre circulation des marchandises exige que les obstacles nationaux à la libre circulation des marchandises au sein de l'UE soient supprimés. Les articles 34 à 36 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne interdisent les restrictions quantitatives à l'importation, à l'exportation ou aux marchandises en transit et toutes les mesures restrictives similaires entre les pays membres. Toutes les mesures susceptibles d'entraver directement ou indirectement ces importations sont considérées comme des restrictions quantitatives.

En outre, comme les 27 États membres de l'Union européenne partagent un marché unique et une seule frontière extérieure, ils ont également une politique commerciale unique.

Lors de l'examen des relations commerciales entre un pays et ses partenaires commerciaux, il faut également tenir compte du commerce des services pour obtenir une image plus complète. Voir par exemple l'article récent sur le commerce des services.

Source: Eurostat - Comext DS-018995

Partager Linkedin/ Twitter/ Facebook/ Copier le lien
Vous venez de vous abonner à la newsletter OpenString
Bonjour. Vous vous êtes connecté avec succés.
Vous vous êtes connecté avec succés.
Votre lien à expirer
Votre compte est activé, vous avez maintenant accès à l'intégralité du contenu.