Veille réglementaire et stratégique appliquée au ecommerce

Top 50 des transporteurs en 2019.

Julien Fontaine

Le chiffre d'affaires annuel total des 50 plus grandes entreprises de logistique a augmenté de 1,8% pour atteindre $871 milliards en 2019, un ralentissement marqué par rapport à la croissance de 9,2% observée en 2018, selon la dernière étude annuelle des 50 meilleurs transporteurs mondiaux préparée pour The Journal of Commerce par SJ Consulting Group.


Le dernier kilomètre

Les fournisseurs du dernier kilomètre ont vu leurs revenus combinés en 2019 augmenter de 1,9% à $267,7 milliards, contre 9,7% en 2018.

FedEx, par exemple, a enregistré une croissance de moins de 1% l'année dernière, contre 10,2% en 2018, en partie parce qu'Amazon a mis fin à son utilisation des services FedEx Ground et Express au profit de ses propres actifs de livraison du dernier kilomètre. UPS a également connu une croissance tempérée par une économie américaine plus lente, avec un chiffre d'affaires 2019 en hausse de 3,1% par rapport à 7,9% en 2018.

Mais en 2020, UPS, FedEx et d'autres transporteurs de colis connaissent une année «explosive» alors que les confinements et les préoccupations persistantes ont poussé encore plus d'achats en ligne. Les ventes en ligne aux États-Unis sur T2 2020 ont augmenté de 31,8% à $211,5 milliards par rapport à T1, soit 16% de l'ensemble des ventes au détail américaines, selon les données du US Census Bureau.

Les plus grands transporteurs de colis font déjà état d'une croissance de volume de 20 à 25% pour 2020.


3PL

Les fournisseurs de services logistiques tiers non actifs et légers (3PL) ont connu une croissance encore plus forte que le secteur des colis, avec des revenus totaux en hausse de 5,4% à $184,7 milliards en 2019. Cette croissance reflète davantage les changements dans les classements que les tendances sous-jacentes.

Avec la fusion de DSV/Panalpina en 2019, au lieu de deux, le CA combiné de l'entreprise a bondi de 13% par rapport à 2018. Plus important encore, Amazon, qui a vu ses revenus augmenter de 25% l'année dernière, est maintenant considéré comme faisant partie du segment 3PL.

La taille croissante du réseau de livreurs indépendants d'Amazon aux États-Unis et au Royaume-Uni a conduit Amazon à rompre son contrat de livraison du dernier kilomètre avec FedEx. Hors DSV Panalpina et Amazon, le CA de 3PL a augmenté de 2,6% à $116 milliards en 2019.

Le sort des 3PL varie en fonction de leurs spécialités particulières. CH Robinson, par exemple, a vu son chiffre d'affaires baisser de 7,7% l'année dernière en raison d'une demande plus faible dans son activité de courtage de camions aux États-Unis, tandis que Kuehne + Nagel a réalisé un petit gain grâce à sa plus grande exposition aux transports aériens et maritimes.


Transporteurs routiers, ferroviaires et maritimes

En ce qui concerne les fournisseurs basés sur les actifs, les revenus des transporteurs routiers, ferroviaires et maritimes ont tous chuté en 2019, mais de nombreux transporteurs ont connu un fort rebond sur T2 2020.

Les exploitants de camionnage américains ont été les plus touchés l'année dernière, avec des revenus en baisse de 2,5%. Knight-Swift Transportation, Schneider National, YRC Worldwide et XPO Logistics ont tous connu une baisse des années en 2019, tandis que JB Hunt a enregistré un +6,4%.

L'industrie ferroviaire mondiale n'a fait que légèrement mieux en 2019, affichant une baisse de 1,3% du CA global. L'amélioration de la demande de cargaisons intermodales, automobiles et industrielles devrait aider les chemins de fer à compenser certaines des baisses observées au premier semestre 2020.

Les transporteurs maritimes du top 50 ont également vu leurs revenus chuter de 1,2% en 2019, à cause de la faiblesse des segments non conteneurs des plus grandes compagnies maritimes japonaises: NYK Group, Mitsui OSK Lines et «K». En excluant ces segments, les 5 plus grandes lignes de conteneurs (Maersk, Mediterranean Shipping Co., CMA CGM, Cosco Shipping et Hapag-Lloyd) ont toutes enregistré une croissance positive.

Dans la perspective du reste de 2020, les transporteurs maritimes pourraient encore être en mesure de réaliser une croissance de leurs revenus malgré la baisse des volumes de transport, grâce à des taux de fret élevés depuis plusieurs années sur les échanges transpacifique et Asie-Europe.

Source: The Journal of Commerce.

Source: The Journal of Commerce; US Census Bureau; Digital Commerce 360.

La croissance du ecommerce, moteur de la flambée du transport maritime.
Un quart des conteneurs entrant aux US depuis l’Asie sont dirigés vers des centres de distribution de vente en ligne selon WSJ.“Demain, nos revenus seront probablement divisés entre le transport et la logistique intérieure au cours des 5 prochaines années.” Rodolphe Saadé, CEO de CMA CGM.
40% des marchandises stockées chez Prologis sont destinées aux ventes en ligne.
La demande des centres logistiques double grâce au ecommerce. Le CEO du 1er bailleur d’immobilier logistique au Monde par lesquelles passent 2,5% du PIB planétaire et 4% de la consommation mondiale des ménages nous prédit “le double de la demande” de centres logistiques dans les années à venir.
28% du fret routier sortant du UK vers l’UE participait à des circuits de fraude en 2018.
Une opération douanière de l’UE a permis de confirmer que les fraudes à la valeur étaient principalement commises au Royaume-Uni et se prolongeaient par le non-paiement de la TVA dans les pays de destination.
Share Linkedin/ Twitter/ Facebook/ copy link
Votre lien à expiré
Votre compte est activé! Vérifiez votre email (et peut-être vos spams) pour vous connecter.